J’ai le plaisir de débuter avec vous une série de cours tirés du livre  » مِنْ كُنُوزِ الْقُرْآنِ الْكَرِيمِ  » (Parmi les trésors du Noble Coran) du Shaykh Abdelmouhsin Al Abaad Al Badr, un grand savant de la ville de Médine (qu’Allah le préserve). Ce livre est une explication concise des sourates du Coran dont l’auteur a voulu montrer les trésors qui s’y trouvent.

J’ai choisi de traduire certains passages de ce livre avec un but précis : celui de montrer que même si l’on peut traduire le Coran qui est en langue arabe ou des livres de savants afin d’en tirer profit, cette traduction ne pourra jamais être substitué à la langue arabe qui donne le sens le plus complet et le plus précis. De ce fait, mon rôle sera de vous donner une traduction la plus proche du sens voulu afin que vous puissiez accéder à une partie de ces trésors mais sachez que l’étude de la langue arabe et la lecture du Coran en arabe vous permettra d’obtenir une compréhension plus profonde et plus complète. Sans plus attendre, commençons avec la première sourate du Livre d’Allah : sourate Al Fatiha.

 

Sourate Al-Fatiha (1)

 

Tout d’abord, la sourate Al-Fatiha est la plus immense des sourates du Coran comme il est mentionné dans un hadith rapporté par Al Boukhary (4474) et elle regroupe les 3 types d’Unicité, à savoir l’Unicité dans la Seigneurie, l’Unicité dans l’Adoration et l’Unicité dans les Noms et Attributs.

  • L’Unicité de la Seigneurie consiste à unifier Allah dans Ses actes comme le fait de créer, de donner la subsistance, de donner la vie et la mort etc … Et le sens de cela est qu’Allah est Unique dans Ses actes et n’a aucun associé dans le fait de créer les créatures, les faire vivre et les faire mourir.

 

  • L’Unicité de l’Adoration consiste quant à lui à unifier Allah dans les actes des serviteurs comme l’invocation, la peur, l’espoir, le fait de placer sa confiance, la demande d’aide, la demande de secours, l’immolation etc… Il leur est donc demandé de vouer ces actions exclusivement à Allah et de ne rien associer à Allah dans Son adoration. Ainsi comme le fait qu’il n’y a pas de Créateur ni personne capable de donner la vie et la mort à l’exception d’Allah, personne de mérite d’être adoré en dehors de Lui.

 

  • L’Unicité dans les Noms et Attributs est le fait d’affirmer ce qu’Allah s’est lui-même affirmé ou ce qu’a affirmé Son prophète comme Noms et Attributs sans altération (du sens), ni interprétation, ni négation ni ressemblance ou anthropomorphisme et sans demander le comment.
    Comme a dit Allah dans la traduction du sens du verset : { Rien de Lui ressemble et il est l’Audient, le Clairvoyant } (La Consultation/verset 11)
    Ce noble verset est une preuve claire quant à la méthodologie des gens de la Sounnah et du Consensus sur les Attributs d’Allah qui est l’affirmation de ces attributs en niant toute forme d’imperfections. Ainsi dans le verset, Allah affirme deux de Ses Noms : l’Audient et le Clairvoyant qui montre l’affirmation de deux de Ses attributs qui sont l’Ouïe et la Vue tout en niant toute ressemblance avec Ses créatures dans Ses attributs.
    Allah a donc une ouïe mais différente de celle de Ses créatures comme Il a une vue mais différente de la leur.

Cette sourate contient donc ces trois types d’Unicité et plus encore, on les retrouve rien que dans le premier verset :

Ainsi, la parole d’Allah : { Toute les louanges appartiennent à Allah } contient l’Unicité de l’Adoration car les louanges sont dirigés des serviteurs vers leur Seigneur et constitue donc une adoration et une éloge envers Lui qui fait partie des actions des serviteurs.

La parole : { Seigneur des Mondes } contient l’Unicité de la Seigneurie car Il est le Seigneur, le Créateur et le Maître de toute chose.

Enfin l’Unicité des Noms et Attributs se retrouve dans 2 de Ses noms : « Allah » et « Le Seigneur » dans le même verset.

Les mondes renvoie à toute chose à l’exception d’Allah car Allah est le Créateur par Son essence, Ses Noms et Ses attributs et tout ce qui est en dehors de Lui est crée. Allah a dit dans la traduction du sens des versets en rapportant les propos de Moussa et Pharaon :
{ Pharaon dit :  » Et qu’est-ce que le Seigneur des Mondes ? ». Il (Moussa) dit : « Le Seigneur des Cieux et de la Terre et de ce qu’il y en entre les 2 si vous êtes convaincus.} (Les poètes/versets 23-24)

 

Le deuxième verset : { le Tout Miséricordieux, le  Très Miséricordieux } contient deux noms qui renvoient à un attribut parmi les attributs d’Allah qui est la miséricorde.
Le premier des noms (en arabe : Ar-Rahman) s’utilise uniquement pour Allah tandis que le second (Ar-Rahim) peut s’utiliser pour Allah et pour autrui
comme dans la Parole d’Allah concernant le prophète Muhammad صلى الله عليه وسلم:
{
Il vous est certes venu un messager issu de vousmême et auquel pèse lourds les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est envers les croyants compatissant, miséricordieux. } (Le Repentir/verset 128)

L’imam Ibn Kathir a dit dans son exégèse du Coran au début de la sourate Al Fatiha :
« Et parmi les noms d’Allah, il y en a qui sont utilisés pour autre que Lui et d’autres qui ne sont utilisés que pour Lui comme les noms Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Créateur, Le Pourvoyeur etc … »

 

Le troisième verset : { Maître du jour de la Rétribution } contient l’Unicité de la Seigneurie et Allah est le Seigneur et le Maître de toute chose, Il possède la royauté des Cieux et de la Terre et de ce qu’il y a entre eux et il est le Roi dans la vie présente et dans l’au-delà comme Allah le dit dans la traduction du sens du verset : { A Allah appartient la royauté des Cieux et de la Terre et de ce qui s’y trouve et Il est Capable de toute chose. } (La Table Servie/verset 120)
Le jour de la Rétribution est le jour des comptes, le jour dernier. Allah a été cité comme Maître de ce jour alors qu’Il est le Maître de la vie d’ici-bas et de l’au-delà car ce jour là, tout le monde s’humiliera devant le Seigneur des Mondes contrairement à la vie d’ici-bas où il y en avait qui transgressait les ordres d’Allah et s’enfler d’orgueil. Pire encore, certains allait jusqu’à dire « Je suis votre Seigneur le Très-Haut » et  » Je ne vous reconnais aucune divinité en dehors de moi ».

 

Le verset suivant : { C’est Toi Seul que nous adorons et c’est Toi Seul dont nous implorons le secours.} contient l’unicité de l’Adoration et en langue arabe, le fait de faire devancer le complément par rapport au verbe donne le sens de l’exclusivité [c’est pour cela que l’on rajoute en français le mot « seul » alors qu’il n’apparaît pas en arabe]. L’adoration est donc un droit exclusif à Allah, de même que la demande d’aide dans ce que seul Allah est capable de faire. Ainsi la première partie du verset montre que le musulman doit vouer ses adorations sincèrement et exclusivement pour Allah Seul et ces adorations doivent être en accord avec la Sounnah du Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم ; et la seconde partie du verset montre que le musulman se doit de demander de l’aide dans ses affaires mondaines et religieuses qu’à Allah Seul [dans ce que Lui Seul est capable de faire (ex: nous accorder un enfant, nous accorder la réussite etc…)].

 

{ Guide nous sur le chemin de la droiture } : ce verset contient également l’unicité de l’Adoration qui est l’invocation, et l’invocation fait partie des différentes adorations comme Allah a dit dans la traduction du sens du verset :
{ Et les mosquées appartiennent à Allah, n’invoquez donc personne avec Allah.} (Les Djinns/verset 18)
Et cette invocation comprend la plus grande chose que peut demander le serviteur, à savoir la guidée sur le droit chemin qui permet à celui qui l’emprunte de sortir des ténèbres vers la lumière et de connaitre le succès dans ce bas-monde et dans l’au-delà. Ainsi le besoin de cette guidée pour le serviteur est plus importante que son besoin de manger et boire car la nourriture et la boisson sont les provisions de sa vie mondaine et éphémère alors que cette guidée sur le droit chemin est sa provision pour sa vie éternelle. De plus, cette invocation regroupe à la fois la demande de raffermissement sur la guidée que l’on a acquit mais également la demande d’ajout de cette guidée.
Allah a dit dans le sens de la traduction du verset : { Quant à ceux qui se mirent sur la bonne voie, Il les guida encore plus et leur inspira leur piété.} (Mouhammad/verset 17) et également en parlant des gens de la Caverne, Il a dit : { C’étaient des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur et que Nous avions fortifiés dans la bonne voie.} (La Caverne/verset 13).

Et dans la guidée sur le droit chemin, il y a également le fait de suivre la voie de ceux qui ont été comblés de faveurs parmi les prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux et ce sont ceux qui ont réunit entre l’apprentissage de la science et sa mise en application : le serviteur demande donc à Son Seigneur la guidée sur le droit chemin dont Allah a fait grâce à son messager صلى الله عليه وسلم  ainsi qu’à Ses alliés et il Lui demande également de le préserver du chemin de Ses ennemis qui ont obtenu la science mais ne l’ont pas mis en application (qui sont les juifs qui ont encouru Sa colère) ou qui adore Allah avec ignorance et égarement (qui sont les chrétiens qui se sont égarés). La preuve qui vient appuyer cela se trouve dans le hadith 2954 de Sounnan At-Tirmidhy authentifié par shaykh Al-Albani dans la série des ahadiths authentiques (hadith 3263).

Il est rapporté que Soufyan ibn ‘Ouwaynah a dit :  » Celui qui est corrompu parmi nos savants a une ressemblance avec les juifs et celui qui est corrompu parmi nos adorateurs a une ressemblance avec les chrétiens.

Le shaykh Mohamed Amin ach-Chinquiti a dit dans son ouvrage « Adoua’ou Al-bayan » :
 » Même si les juifs et les chrétiens sont égarés et ont encouru la colère d’Allah tout deux, les juifs ont été spécifiés ayant reçu la colère d’Allah car ils connaissent la vérité mais la dissimule et ils s’adonnent aux choses interdites en connaissance de cause. Et les chrétiens sont ignorants et ne connaissent pas la vérité, c’est pourquoi ils ont été spécifiés comme étant égarés … »

[ Le shaykh a ensuite expliqué que certains savants ont décomposé l’Unicité d’Allah en deux parties en faisant de l’Unicité de la Seigneurie et des Noms et Attributs une seule et même partie et de l’Unicité de l’Adoration une autre partie et que cette décomposition est valable tout comme celle que l’on a évoqué précédemment, il s’agit juste d’une différence de terminologie.]

De part l’éminent statut de la sourate Al Fatiha et le fait qu’elle regroupe en son sein les différents types d’Unicité d’Allah ainsi que la demande de la guidée sur le droit chemin qui est son besoin et son devoir le plus important qui soi, on a légiféré sa récitation dans chaque cycle de prière.

D’après Oubadah Ibn as-Samit, le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم  a dit :
« Pas de prière pour celui qui ne lit pas l’Ouverture du livre (sourate Al-Fatiha) » [Al Boukhary & Mouslim]

Et Abou Hourayrah a dit : J’ai entendu le Prophète  صلى الله عليه وسلم   dire :  » Allah a dit :

« J’ai séparé la prière [autre nom de sourate Al Fatiha] entre Moi et Mon serviteur en deux parties, et Mon serviteur recevra ce qu’il a demandé.
Lorsque le serviteur dit : « Louange à Allah, Seigneur des Mondes. »
Allah répond :  » Mon serviteur M’a loué. « 
Et quand il dit : « Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux »
Allah répond : « Mon serviteur M’a exalté. »
Et lorsqu’il dit : « Maître du Jour Dernier »
Allah répond : « Mon serviteur M’a glorifié. »
Et Lorsqu’il dit : « C’est Toi (seul) que nous adorons et c’est Toi (seul) dont nous implorons le secours. »
Il répond : « Ceci est entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu’il a demandé. »
Et lorsqu’il dit : « Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. »
Il répond : « Ceci est pour Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu’il a demandé. » [Mouslim]

Enfin, le shaykh Mohamed Amin ash-Shinquiti s’est appuyé sur cette sourate pour affirmer la légitimité de la gouvernance d’Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui); il dit en résumé de sa parole : « Il (Abou Bakr) est compris dans ceux dont Allah nous a ordonné de lui demander de suivre leur voie ce qui montre que leur voie était bien le droit chemin. Et parmi ceux qu’Allah a comblé de faveurs, il y a les véridiques. Et le prophète صلى الله عليه وسلم  a clairement démontré qu’Abou Bakr faisait partie des véridiques ce qui montre qu’il fait partie des gens dont Allah a comblé de bienfaits. Il ne fait donc aucun doute qu’il était sur le droit chemin et que sa gouvernance était légitime. »

 

Voilà, l’explication résumée de la première sourate du Coran est terminée. J’espère que vous en avez tirer quelques profits.
N’hésitez pas à commenter pour donner vos impressions ou si vous avez besoin d’un renseignement.
Enfin, je vous demande également de partager cet article sur les réseaux sociaux à l’aide des boutons de partage sur la page.

Dernière chose afin de vous aider à avancer dans la langue arabe avec une méthodologie qui a fait ses preuves, n’hésitez pas si cela n’a pas déjà été fait à télécharger votre guide gratuit en cliquant ici.

Mohamed Abou Isma'il
 

Cliquez ici pour réagir à cet article 0 commentaires

Laisser un commentaire :